Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘Pippo Delbono’

21
Fév

Hiver 2010, l’édition thermolactyle!

Le Off

The finest quality since February the 14th, 2009: la CultEnews, couturière autodidacte option luxure pour informations culturelles dévoyées, a fêté ses 1 an en prenant bien et peut-être trop son temps, automécénat au bord du burn-out, et tente de ne rien perdre de sa flamme. Emma née d’un café, va s’en resservir un serré, 01h51 déjà, poésie des nuits de bouclage, la pizza en est toute refroidie.

Comme toujours, la Reel et ses complices la Wall et la Joly vous souhaitent une lecture douce-en-l’air, et pendant ce temps-là repasseront leur maillot de bain, car oui… c’est l’heure du Mezcal, au bout du monde.

***

Joli Conte-Offert 1 / Ζάλη των ζώων πριν τη σφαγή

Dimitris Dimitriadis - Le Vertige... Odéon 2010. Photo: E.R.

Obligé: l’helléniste dilettante a accouru à Berthier en faisant des bonds de joie dès les premières du Vertige des animaux avant l’abattage, mise en scène de Caterina Gozzi, de l’auteur grec contemporain Dimitris Dimitriadis à écouter par exemple sur RFI ou à lire en V.O par. A vrai dire, la tête en l’air était en retard: la première pièce du cycle que l’Odéon a consacré à Dimitriadis, Je meurs comme un pays, a été présentée en novembre dans le cadre du Festival d’Automne.

Sur un mode acide mais point chlorhydrique, le texte entraîne dans une satire des relations familiales qui dévoie les mythes fondateurs. C’est de saison, celle qui ne fane jamais et renvoie à Apollonia ou Wajdi Mouawad: l’éternel questionnement du théâtre à ses sources. Dimitriadis, pour sa part, fait exploser le monstrueux dans des dialogues d’anthologie portées par des acteurs qui ne manquent pas d’air (grand épisode masturbatoire entre les deux frères, entre autres), jusqu’à ce qu’on ne sache plus différencier ce qui questionne la mise en scène et ce qui met en scène de la question, dans un déluge de réminiscences et références à en avaler son Budé. La réponse, comme toujours, est dans le Choeur, soient trois personnages effrayants qui interrompent la narration de commentaires aussi acerbes qu’une Pythie au réveil.

A la rubrique frime dans les frimas, c’était très CultEnews de pouffer en reconnaissant une citation d’Aristophane, et quelle citation, tout comme un plaisir immense que d’en faire le clin d’oeil à l’auteur au moment de l’entracte, qui en a bien rigolé.

« Est-elle grande? » « Elle est grande. »
(Lysistrata, toujours partante pour rappeler que faire la paix est un enjeu de taille)

Brève de trottoir: La Ronde au carré mis en scène par Giorgio Barberrio Corsetti of Baker fame sera présentée à Berthier du 14 mai au 12 juin 2010.
Il y aura aussi la diffusion par les bien-aimées Fictions France-Culture d’un cycle complet, entre le 18 avril et le 2 mai.

***

Sweet Tooth

« Repentance is the whip for fools« 

(Stéphane Mallarmé, Thèmes anglais pour toutes les grammaires, L’Imaginaire Gallimard, fac-similé de l’édition 1937, tout frais reparu clichés compris)

***

Littérature sans les ratures / Habemus Papesse.

Olimpia Maidalchini - Anonyme, XVIIe siècle

Si la CultEnews créait le Prix du Jarretelle Club, elle aurait sélectionné sur le champ la troublante Olimpia de Céline Minard, catégorie Erudition brûlante (chez Denoël). Figurera-t-elle sur celle de la radio que nous écoutons chaque matin en râlant? On lui souhaite au moins autant que d’arriver à faire taire certaine chroniqueuse qui ruine les débuts de semaine.

Olimpia est une femme du monde versant Spagna vues sur Médicis, ça tombe bien l’auteur y a séjourné et en a fait quelque chose de bien. Nous ne la connaissions pas, c’est la Maidalchini. Infâme et sensuelle, à la langue aussi pendue que Phryné et quelques méchantes canines de plus, la sauvage porte l’éminence en tons pourpres, gris ourlé dans les doublures: elle en est le sang, la chair et, ici le verbe. Olimpia, la catin, se sert d’Innocent l’impuissant pour conquérir d’elle-même la Papauté, s’enrichir, et finalement illustrer que les hommes ne valent rien de mieux que de permettre aux femmes de réussir, c’est peut-être visionnaire, en tout cas ça donne de la verve: sous la plume de Céline Minard, Olimpia éructe l’histoire de Rome, incante l’arrière-cour du Vatican et étourdit son lecteur, qui y perdra son latin, mais pas son temps. La lectrice plumitive en est toute émerveillée et admirative.

« Que le Triton rue du Triton fasse sonner sa conque en torrent, en geysers brûlants, que la masse de son jet en tombant détruise les palais, s’engouffre Largo Chrigui, palazzo Chigui, s’engouffre et monte sur la colonne d’Auguste comme au mât d’un navire crevé perdu. »

et si ce Triton-là vous effraie…

Vous préférerez peut-être le triton de Robert Benchley, autrement surnommé « triton farçeur ». Ici, la Renvoyée spéciale avouera qu’elle s’est fait prendre Mains dans les poches de Christine Marcandier-Bry en lui empruntant cette actu, ce qui donna lieu à quelques échanges sur la réforme de l’orthographe. Benchley, chroniqueur paresseux et doué du début du siècle, l’autre, celui de nos rides, répond à la grande question de 7h27:  Mais qui, du filtre ou de la cafetière, prépare le petit déjeuner? La réponse est dans Le Supplice du dimanche, nous ne vous la révélerons sous aucun prétexte (à moins que… ah bon, des bas Couture… attends, je te trouve la page…)

***

Bande-son /  Wild Honey Guys

Hasard des calendriers, rencontres impromptues, deux livres propres à nourrir l’éternelle fan lui sont tombés dans les mains, elle ne les a plus lâchés. Deux livres, et deux occas’ d’enfin dormir dans le lit de John et tant pis pour George. Le premier, Miscellanées des Beatles, est signé de Gilles Vernant et Jean-Eric Perrin chez Fetjaine (la médiatrice CultEnews, consciente que vous risquez d’hurler à la perte d’indépendance de sa rédaction, signale ici que c’est certes un amoureux des Louboutin, ancien collègue, mais qu’elle a bien acheté le livre). Les amateurs d’anecdotes y apprendront en autres qu’une des ex de Paul s’est reconvertie dans la fabrication de petits gâteaux, somme toute une suite logique de l’abus de morceaux de sucre vitaminés.

Emma Reads

Le second, Black Box Beatles, est une ode éperdue aux Obladiballades par Mindman Claro sorti chez Naïve  en 2007, et là, Emotion 9, Emma a demandé et reçu une dédicace en son vrai nom ou presque, preuve par l’image (et livre payé aussi, la CultEnews a-do-re les droits d’auteur et ne prétend pas être intime)  Il faudra un jour faire le tour sans prise de thèse de la littérature détournant les rimes des Fab Four, puisque à la lecture rieuse du Black Boxon brillant, votre rédactrice s’est souvenue au clin du cil d’une Médée revue par les Hollandais barrés de Dood Part, qui remixait le mythe à coups de répliques volées au répertoire pop. A ce conte-là, même plus besoin d’Oxyboldine pour dévorer.

« Il me faudrait l’élégance du zest et la vivacité du best, une joie joyeuse, oui, j’ai bien dit: une joie joyeuse. »

Flash-actu joyeux sans exclu:
le roman titanesque de Claro, CosmoZ, sortira chez Actes Sud, le 18 août 2010.

…Be there or be square.

***

La minute d’Héraclite

« La dissonance est en harmonie avec elle-même. »

…et la philosophie, c’est une chouette étourdie?

***

Joli Conte-Offert 2 / La vie de famille

Pippo Delbono - La Menzogna, 2010. Photo: E.R

Une saison au Rond-Point sans Pippo Delbono est devenue l’exception, et 2010 n’aura pas menti. La Menzogna, présentée à Avignon en juillet dernier, dernière production de la troupe, nous a ravi comme un déjeuner de famille, où nous avons pris des nouvelles de Bobo (qui s’est cassé le pied), de Gianlucca (devenu chat) et de Caro Mario, toujours beau gosse. La soirée s’est éternisée en bières et cigarettes qui prouvèrent toute l’utilité du brevet CultEnews de la résille thermolactyle pour tenir bien vive la gambette à l’entrée d’un théâtre. C’était intéressant de prendre des nouvelles: la compagnie part en Colombie, il aura par hasard aussi été question d’un vison que Pippo voudrait rendre à sa propriétaire, et donc du thème de la Menzogna, qui intente le procès des hypocrisies qui menèrent à la mort de sept ouvriers d’une aciérie Thyssen-Krupp en 2007 (son directeur a été mis en examen en juillet 2009, après création de la pièce) – pourtant, le vison n’y est pour rien, c’est promis, son directeur n’en portait pas.
Sur un baiser, la Renvoyée spéciale repartit prendre la ligne Ah dans son chinchilla 1923 mité mais digne, loupa le dernier, et emprunta  le Noctilien avec son boa. Ah non, c’était un triton.

***

Sur le phonographe

Magnifique découverte que le site Starsky.fr, où mix et tubes de bon goût incitent à danser en paix d’une after-rave à quelques Sweeties qui fondent sous la langue des Reines de nuit désormais à la retraite.

La CultEnews ne commentera pas la sortie d’Heligoland, le dernier Massive Attack à la très brillante campagne Web, mais vous incite de toute urgence à aller admirer sur leur blog la vidéo de Paradise Circus réalisée par Toby Dye. Georgina Spelvin, ex-héroïne porno de la Sexploitation Seventies y fait un coming-out bouleversant – NSFW, et Not Safe for Kids either, mais alors, quel talent, et beaucoup, oui, beaucoup, d’un érotisme qui a ému profondément la pigiste rougissante.

***

Brèves de trottoir

Vénus - Lucas Cranach - Circa 1530

Wajdiiiiiii Mouawad qui a fait pleurer en Avignon le temps d’une nuit hallucinée au Palais des Papes sera aux Ateliers Berthier du 11 mars 2010 au 10 avril 2010. Ciels a été monté pour le Festival 2009, mais la pigiste, renvoyée à ses communiqués de presse cette semaine-là, n’a pas vu, et donc ira (se faire) voir.

L’exposition Beautés monstres au Musée des Beaux-Arts de Nancy, partie d’une belle idée, était nullissime et non avenue, dixit une visiteuse de hasard qui y passa 5 minutes puis alla voir ailleurs si l’herbe était plus tendre.

Emma n’en doutait pas et a beaucoup aimé suivre le fil de son aboutissement: « Les Condamnés, dans mon pays ma sexualité est un crime », livre de Philippe so Castetbon (H&O), est très réussi. En demandant à des Gays des 51 pays où l’homosexualité est condamnée pénalement, rencontrés, sur le Rézo de se prendre en photo et témoigner, il a construit un projet militant et très inventif. Une expo à la Mairie du IIIe a eu lieu en janvier, et il y a eu aussi, beaucoup de presse, comme ce portfolio de Libération. Bravo!

Les Petites leçons de grec ancien de Jacqueline de Romilly viennent d’être reprises en Livre de poche. Sur un mode non-spécialiste, elles complètent avantageusement les duettistes Ragon et Dain pour se donner mine de flirter avec Euripide en toute facilité.

Dans la série « J’serai vintage avant d’être vieille », une rétrospective Yves Saint-Laurent élégante comme une frimeuse Rive Gauche ouvre le 11 mars 2010 jusqu’au 29 août au Petit Palais. Oh oh, mais ce sont les seigneurs d’élégance Farid Chenoune et Florence Müller qui s’en sont chargés. Ah mais là, il faut au moins un second vernissage, parce que le 11, la Reel attend Godot au hub numéro 4.

Il serait trèèèès tentant de filer à Londres pour Crash, exposition thématique consacrée à JG Ballard par la Gagosian jusqu’au 1er avril 2010, avec entre autres et par dessus tout, Tacita Dean, Gerhard Richter, Jeremy Deller ou Cerit Wyn Evans, mais la Renvoyée spéciale n’y sera pas, hélas, et se consolera dans les traductions des Nouvelles proposées par Tristram.

***

La Vie parisienne, 1917.

Le baiser de la fin

« Si accroché qu’on soit à l’instance de la lettre, l’écriture est une chose trop sérieuse pour la laisser se prendre pour la vie même. »

***

Pour cette édition courante du 20 février 2010, Spéciale dédicace aux Scriptoboys, à Claro, à J-E Perrin et à Christine Marcandier-Bry.

Publicités
13
Déc

L’Edition de la Réxistence!

Les Coulisses

Oh, il a fait froid au bord d’un Blitz, ces dernières semaines. Alors Emma a choisi de prendre soin de quelques lectrices et lecteurs, qui furent fidèles, et d’autres qui le sont devenus, en esquissant l’amitié comme art de  l’élégance amoureuse. Préférant le bien dit au mal fait, votre correspondante s’est éloignée un instant vers des ombres sans lieu où elle croisa vos yeux, et vous remercie, pour vos mains, vos mots, nos jeux, nos voeux.

Alors, continuer… Pour elle, pour toi, pour vous, et pour tes filles aussi, et parce qu’Emma vous aime, jusque dans les vies qui manquent parfois de roman, et bien au-delà de nos tendres romances.

Leggera come il volo d’una farfalla sotto il sole…

***

Légende pour un temps présent

Apollonia

Apollonia - Krystof Warlikowski - 2009. Photo: E.R.

C’était non pas un dernier dimanche, mais notre première rencontre avec Krysztof Warlikowski. Théâtre de Chaillot, première, 6 novembre 2009. Deux belles rebelles s’étreignent, chaussures neuves, cheveux garçonne, et s’enchantent des 4h30 de spectacle promis, public plus clairsemé que prévu suite à changement impromptu de la jauge.

En juillet, budget CultEnews au ras du pont, la pigiste avait regretté de ne pouvoir assister à la création d'(A)pollonia, dans la Cour du Saint Palais des Papes. Le Monde avait titré « Le Choc », les planches avaient flambé. Revanche revanche – en novembre, la rage est toujours là, et peut-être plus encore.

Les Doctorantes coeur tendre tête dure s’étaient préparé d’une lecture de la Clôture de la représentation (in Jacques D., L’Ecriture et la différence, ‘f Course Darlin’ et gare à Hadopi sur ce site pirate). Elles y avaient bien écouté Antonin psalmodier et promettre qu’en « Ayant pris conscience de ce langage dans l’espace, langage de sons, de cris, de lumière, d’onomatopées, le théâtre se doit de l’organiser en faisant avec les personnages et les objets de véritables hiéroglyphes, et en se servant de leur symbolisme et de leurs correspondances par rapport à tous les organes et sur tous les plans. » De ce point de vue, ça tombait à pic: une scène, ou plutôt des scènes, enchâssements de vases clos dans l’espace, enfilade d’actions simultanées, personnages en achronie disruptive (oups, une interférence Tack*ls, Emma voulait dire: en rupture référentielle… aïe, pas mieux, bref, pour s’y retrouver, il aurait mieux valu relire Euripide, mais heureusement le programme sauvait la mise). Lorsqu’Agamemnon en personne s’est mis à décliner la solution finale en « 18772 morts par jour, soient 782 morts par heure, 13, 04 par minute ou encore un mort toutes les 4, 6 secondes », le tout syncopé par quelques touches d’accents hard rock, vos chères pigistes ne savaient plus ce qui du cochon de lait ou du casher l’emportait. Et c’était exactement là, soit finalement dans le regard que le spectateur voulait bien y plonger, que se jouait (a)pollonia, à la frontière du tolérable et des tolérances, au bord de « l’acte de révolution politique », peut-être un peu trop « spectacle » pour être « fête« . Quelques personnes ont quitté la salle, et votre Correspondante n’aura pas compris ce mot de la fin projeté en arrière-plan: « Résurrection »… Pourquoi pas salvation, pendant qu’on y est?…

« Je me suis souvent dit que la guerre et la prostate sont les deux dons de Dieu à l’homme pour le dédommager de ne pas être femme. »

Jonathan Littell, Les Bienveillantes.
Merci Jonathan, on y veillera mieux que jamais.

***

L’interlude classique de votre Lettre

Le Titien - L'Amour triomphant de la force - 1545

Le Titien - L'Amour triomphant de la force - 1545

Καὶ τὸν Σωκράτη καθίζεσθαι καὶ εἰπεῖν ὅτι εὖ ἂν ἔχοι, φάναι, ὦ Ἀγάθων, εἰ τοιοῦτον εἴη ἡ σοφία ὥστ᾽ ἐκ τοῦ πληρεστέρου εἰς τὸ κενώτερον ῥεῖν ἡμῶν, ἐὰν ἁπτώμεθα ἀλλήλων, ὥσπερ τὸ ἐν ταῖς κύλιξιν ὕδωρ τὸ διὰ τοῦ ἐρίου ῥέον ἐκ τῆς πληρεστέρας εἰς τὴν κενωτέραν.

Platon, Le Banquet, 175d.

***

Dossier spécial – L’Ere des Colères

Photo: Philippe Castetbon. (Merci!)

Votre Correspondante, comme tant de monde, a souffert des indécences du faux-débat-vraies-élections et de l’affront fait à Marie. Alors, hop, histoire d’enfoncer le clou dans les paumes de quelques fans de crucifixion et de salons de coiffure bien dégagés sur les tempes, petit résumé dansant, et en technicolor, des initiatives qui permettent d’espérer mieux vivre après le coup de froid.

Du côté des pétitions – ah, bon, ça se fait encore? Et yep!, la palme de platine revient à Mediapart – 35 000 citoyens se sont déjà exprimé – et vous aussi n’est-ce pas? – pour signifier qu’ils ne débattraient pas de leur identité. La pigiste fut 391e, oh, celle-là on la retrouve toujours dans les mauvais coups, pas que dans l’eau. Elle n’en aura pas pour autant négocié quelques mois gratuits de lecture du quotidien contestataire de bon aloi, pourtant. De source confidentielle, elle signale que la pétition est vraisemblablement partie de , et embrasse au passage les chercheurs regroupés pour exiger la suppression du Ministère de l’aliéné Eric B. (Son HDT est en cours mais aucun hôpital n’en veut).

L’inénarrable tombeur de claviers alias Madman Claro, grand cru FB 2009, s’est fendu d’un très joli texte, « On en hait là« , suite à la déclaration d’un certain Eric R. sur Marie la Ndiaye. Car oui, Claro est à la fois le service d’édition de Libé en 1986 au grand complet et un sanguin: quand il s’y met, ça fait pas forcément de mal. Tiens, pour la peine, on lui demanderait bien de nous signer – enfin – notre exemplaire du Clavier cannibale (Episode 1).

***

Camera Obscura

Dark Lysa et ses mots cinéma ont offert à Emma une lecture tendre d’Irène, le film d’Alain Cavalier sorti fin octobre. Sa lettre, reçue sous enveloppe velin 160 grammes, douce calligraphie soignée, s’ouvrait par ces mots:

« Je croyais être en retard, m’être trompée de jour, les grilles du Saint André des Arts étant baissées. Attente. Quelques minutes avant la séance, elles ouvrirent. La salle était froide comme une morgue ; j’assistais à ce moment précis à l’autopsie d’une idée, celle des pensées pour un être cher dans et par le découpage du film. »

…/…

Et se concluait…

…/…

« Irène, reine des souvenirs, souveraine des signes et des traces, guide de l’errance à laquelle Alain nous invite comme des fantômes que le signal vidéo de la caméra digitale ne peut capter contrairement à la pellicule ; la vie apparaissant comme fantastique et non fantasmagorique puisqu’elle est évoquée et non invoquée. »

Sur Irène, film majeur, thème cruel, Emma vous recommande aussi de lire Serge Kaganski, ici et donc chez les Inrocks, et le magnifique texte d’une autre Reine, El.L. la Rebelle, ici, où elle écrit:

« Ce qui est magnifique dans ce film c’est qu’il ne choisit pas entre le portrait
de la morte et celui de l’endeuillé. »

***

Brèves de trottoir

Scarlet Street

La Rue Rouge - Fritz Lang. Droits réservés - source Action Christine.

Si vous aimez Mademoiselle Lysa, so Dark, vous pourrez l’apercevoir qui soigne sa pâleur 25 images seconde main sur le coeur de son ombrelle, en rires devant l’Imaginarium du Docteur Parnassus de Terry Gilliam (Les Trois Luxembourg) puis en émois devant L’Enfer (oOoh Romy! Mais pourquoi donc ma banquière ne te ressemble pas…), le film enfin monté sinon terminé d’Henri-Georges Cluzot (même endroit et mêmes dates, jusqu’au 15 décembre et plus si affinités, mais il est temps). A noter également que les amatrices de sensations sombres, toujours promptes à apprécier les films noirs pour se lancer dans des flirts prétexte avec leur voisin de rangée, la dix-septième exclusivement, ont jusqu’à mardi pour se bousculer à l’Action Christine devant Scarlet Street, de Fritz Lang. Ce dernier film ressort en DVD chez Wild Side, juste juste cette semaine.

Du côté des planches, aucun prétexte pour ne pas aller se distraire d’un des cabarets foutraques d’Alfredo Arias au théâtre du Rond-Point: les représentations sont prolongées jusqu’au 16 janvier 2010. Interlope, drôle, impertinent… So CultEnews! Parole de guichetière ravie de notre visite!

Il vous suffira de quelques nuits au Plaza pour vous épargner les transports et dès le 20 janvier vous pourrez apprécier le monument cinq pouces sur l’échelle Télérama Pippo Delbono alias El Bueno, qui brûlera la scène avec la Menzogna, toujours au Rond-Point. La Joly directrice des partenariats vous informe qu’elle aurait décroché une ou deux contremarques pour les fabuleux lecteurs (si on arrive à mettre la main sur Mario. T’es où Mario?!) Pour cela, envoyez la référence exacte du dernier statut aristotélicien de la Reel au 55789 -coût du SMS: un baiser comme il vous plaira!

Enfin, pour les longues heures de TER, Prems dans TGV surchargés vers dinde lourde et reflux post-réveillons, la CultEnews vous conseille de rafraîchir vos neurones avec Inculte#18 – et son plus produit immanquable: le poster hommage à JG Ballard. Tina5, grande concurrente mais ça reste en famille, ne sera pas sortie à temps pour digérer les fêtes: vous la trouverez à partir du 20 janvier dans toutes les bonnes librairies (donc pas à la Griffe noire, mais assurément chez nos chouchoutes Violette and Co).

***

Bref supplément de saison! Les cadeaux à (se) faire!

Sur sa wishlist, Emma a noté les Cinquante Lettres de Sade à sa femme (let’s call it « la concession Flammarion », 50 euros tout de même!), et offrira, par principe, le Goncourt à toute sa famille, soient quatre personnes en comptant les alliances. Pour les chéris (chiffre sous embargo), elle songe à un abonnement illimité aux téléchargements de Publie.net (la littérature des années 2000 et 10?). A noter, que par son tout nouveau site JPToussaint.com, Jean-Philippe Toussaint nous offre à tous la possibilité de naviguer dans ses manuscrits, dont celui de La Vérité sur Marie (qu’on compte offrir à la tante Madeleine pour qu’elle en avale enfin son dentier, avant la page 25).

Les Doctorantes, qui n’ont jamais cru au Père Noël, s’offriront par elles-mêmes les cuissardes Céline taille 38, bas couture Agent Provocateur, parfum Hermès et pigeonnant Lise Charmel nécessaires à la poursuite du projet également connu sous le nom de CultEnews – soit, ne jamais oublier la jarretelle, même au coeur d’une traduction du Cousin Victor.

***

Le Baiser de la fin

La Boule de cristal - J.W. Waterhouse - 1902

« On ne peut exclure la danse, sous toutes ses formes, d’une éducation raffinée: savoir danser, avec ses pieds, avec les idées, avec les mots. Est-il encore besoin de dire que l’on doit aussi savoir danser avec sa plume – qu’il faut apprendre à écrire? »

Friedrich N., Le Crépuscule des idoles. Let’s Dance!

***

Crédits phonographiques: Parlami d’amore Mariu – Max Raabe (Courtesy Emmanuel T.)

***

Remerciements: Ju the Goddess, Damned Jo’, M. the Philosopher, la Wall ForEver, et enfin le So Castet et Miss Dark Lysa pour leurs contributions!

Cette CultEnews, dernière édition 2009, est dédiée au bon plaisir et tous succès des amis d’Emma pour la décennie qui s’ouvre.

%d blogueurs aiment cette page :