Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘Olivier Cadiot’

16
Juil

Avignon 2010, rideau!

Le Off

La CultEnews Avignon a été produite chaque jour en direct du Caf’ Thiers, 12 rue Thiers, une adresse recommandable dont le patron, le Wifi et les salades fraîcheur sont ici remerciés au titre d’aide logistique incommensurable, tout comme le bureau Web d’Arte situé jusqu’à la fin du Festival à l’Ecole d’Art pour les dépannages.

Merci aux lecteurs et complices qui ont encouragé, à Julie Andrée T. pour l’entretien accordé, à Christoph Marthaler pour Schubert, et aux confrères blogueurs et journalistes.

Crédits: conception, rédaction et toutes photos Emma Reel, sauf le portrait de Julie Andrée T., extrait de son spectacle Not Waterproof – reproduit avec l’autorisation de l’artiste, tous droits réservés.

***

L’A Venir!

Pour ceux qui restent, ou qui y vont, quelques conseils à vue de nez CultEnews:

Côté In, si ça va forcément buzzer fort pour Un Mage en été d’Olivier Cadiot (du 21 au 27 sauf le 25), ça ne devrait pas être en panne du côté de la Danseuse malade incarnée par Jeanne Balibar pour Boris Charmatz (artiste associé de l’édition 2011).
Les fans de Pina ne manqueront pas l’hommage Out of Context (For Pina) d’Alain Platel, du 22 au 26 juillet dans la cour du lycée Saint-Joseph – et « tout le monde » est parti pour s’offrir la Tragédie du Roi Richard II mis en scène par Jean-Baptiste Sastre (du 20 au 27 – Cour d’Honneur, Darling). Cette deuxième fournée de spectacles rouvrira-t-elle le joli Bar du Jardin? We hope so, les amis!

EDIT du 24 juillet 2010: une petite souris restée sur place a versé des larmes et applaudi debout le Schutz Vor den Zukunft (Se Protéger de l’avenir) de Christoph Marthaler. Et si l’événement Avignon, c’était ça? Mais trop tard pour s’y précipiter: il se finit ce soir, trois fois complet. Alors, fermez les yeux et écoutez Kathleen Ferrier: vous y serez presque.

Côté OFF, repéré entre autres pour l’efficacité de son flyer dénotant envers les délires graphiques approximatifs de nombreux concurrents, Faire de Frédéric Mauvignier (auteur qui a été joué dans le In lors d’autres éditions) est présenté chaque jour à 14h30 au théâtre du Vieux Balancier. Voyez les Brèves de Pavé du Jour 5 pour d’autres conseils, suivez les rumeurs et faites vos jeux!

Un projet échoué de la CultEnews Avignon 2010 aurait consisté en une revue de toutes les pièces classées « Adultes » du OFF. Epopoï et loupé! La moitié d’entre elles concernait la prostitution (et les textes de Grisélidis Réal) ; deux l’homosexualité, une le triolisme, et une dernière des textes de Charles Bukowski. Promis, l’an prochain, la Renvoyée spéciale vous racontera si tout ça, enfin ce qu’il en restera, sent vraiment le soufre, la luxure, ou juste la sensation.

***

Le Magic Générique

Sur l’Iplate: Starsky

Sur la table de chevet: Des Anges mineurs (Antoine Volodine), Un Nid pour quoi faire (Olivier Cadiot)

Sur l’oreiller: la dédicace.

Bel été à vous!

***

Post-Scriptum: à l’heure du départ, l’appartement de la rédaction a résonné du piano virtuose d’un voisin.
Et ce fut alors ce rêve que Christoph M. avait promis: « Ce que que j’aurais voulu, c’est installer dans la ville de toutes petites choses en plus des spectacles, c’est toujours comme ça que je fais… […]… une porte de garage, un petit gradin… un Schubert par la fenêtre… tout simple. Et voilà. »

Et voilà.

Publicités
15
Juil

Avignon – Jour Cinq!

Le Off

OMG, Emma Reel et ses talons ont failli finir en crêpe suzette dans une ruelle sous l’action conjuguée de deux scooters très offensifs. Heureusement le journalisme Pure Playeuse permet de garder et la ligne et l’humour, dont se transformer en feuille de papier cigarette au long d’un mur en moins d’un quart de seconde.

***

Epopoï et autres joies de l’époque

Hier, le bal concocté par Rodolphe Burger était beau et pour tous les goûts (Burger en King of Pop n’ roll, puis les Têtes Raides pour la musette, et sans doute d’autres dont Higelin très attendu suivant les rumeurs urbaines mais nous n’y étions plus). Devant le Palais, l’ambiance était à la fête, sur de la musique consensuelle et une sono remarquable. Il suffisait pourtant de s’éloigner de deux rues pour qu’il en soit tout autre: bataillons bleu marine contre jeunesse nerveuse et tutti clichés, caricature des années 2007 sq. Sans se prendre pour une pigiste de Vacarme, il n’était pas très dur d’y trouver toute la symbolique de ruptures en cours et à redouter, et se sentir un peu perdue. L’Helléniste avouera s’être pris un coup de blues aussi lourd que le Bailly.

Quant à la stagiaire Modes et Travaux, elle se demandait depuis plusieurs jours qui était ce personnage vêtu comme un milicien (quelques-uns atténuent d’un « valet ») qui hantait la ville. Réponse: Jean Lambert-wild, déjà peu apprécié, rebaptisé sur le champ Lambert-no-Way. Son appel à la défense de la « république » (on n’y mettra ici aucune capitale) sur un ton martial sans référence aux intermittents (manif ce jour devant le Palais), sa revendication de l' »hermétisme » (toujours pas de « cap », il est fumeux, selon Libération), tout comme son goût pour Alphonse Da(u)det (et quand bien même il se revendique aussi de Pasolini et Kafka) laissent à penser qu’il n’est pas un allié de grand-chose. La Mort d’Adam a été très mal reçue- entre autres par Fabienne Darge du Monde, la CultEnews n’a à vrai dire pas songé à y aller donc n’a rien à en dire, mais l’écrit tout de même.

***

Carnet Mondain

« May I tell you you sing very well, Mister Marthaler? »

Christoph Marthaler heureux du compliment a embrassé Judy-Rose rougissante, so chic!

***

Brèves de pavés

#Yves-Noël – Du côté du Off, le vrai, Yves-Noël Genod qui fréquente aussi le In se taille un beau succès à la Condition des soies chaque soir à 18 heures, et c’est GRATUIT (car « une vraie putain se fait payer après, pas avant » – ce qui est exact, atteste Judy-Rose). Voir la critique de Joëlle Gayot, ici et le blog de l’artiste, ici.

#L’Ange-Volo – Glouchenko, une adaptation de Bardo or Not Bardo d’Antoine Volodine est présentée chaque soir à 19 heures à la Caserne des Pompiers, rue de la Carreterie. Tout comme Yves-Noël Genod, c’est le temps qui manque pour y aller et en écrire davantage… le départ de la rédaction, sniff, c’est demain.

#Ivres et belles – Quatre filles accortes tiennent le bar à vins Chez Marie (4 rue Louis Pasteur, de 11 heures à 2 heures), où descendre un Chardonnay appuyé à un tonneau – évidemment, c’est Diogène qui nous a refilé le plan. De bons crus à partir de 2.50 euros le verre, mais 11 euros une planche radis-tomates, c’est très exagéré.

#Copinage – La pigiste ne sera plus là et le regrette: le philosophe Mathieu Potte-Bonneville et l’historienne Sophie Wahnich parleront demain vendredi 16 juillet, au Théâtre des Idées conçu par Olivier Cadiot, autour de la question « L’Exercice du pouvoir conduit-il nécessairement à l’abus de pouvoir? » – Mathieu so Potte n’Bonneville est un pavé en lui-même, voire une barricade, qu’on adore. A lire par exemple.

***

Le Baiser de la journée

« Prophete rechts, Prophete links, das Weltkind in der Mitte. »
Goethe cité par Theodor Gomperz.

%d blogueurs aiment cette page :