Aller au contenu principal

7 mai 2011

Teasin’ for Julie [Agenda]

par writer

Rappel des faits: Julie Andrée T. est la première artiste ‘non pas déjà amie’ de la rédac’ qui ait accepté de répondre aux curiosités brûlantes et questions déplacées de la renvoyée spéciale en Avignon. C’est ce qui lui vaut, aussi, ce coup de projecteur, qui avait été programmé dès le mois de juillet.


>>> Julie Andrée T. interviewée ici pour Not Waterproof est à Paris, au théâtre de la Bastille, jusqu’au 10 mai. Avec Rouge, sa performance, l’artiste, jeune trentenaire québécoise et artiste déjà bien aboutie, s’envole avec une grenade, une bouillotte et quelques lampions dans une spirale où chaque accessoire devient motif et prétexte à aventures inattendues. Rouge secoue par son humour, sa subversion subtile et son inventivité décontractée, mais aussi une appropriation des codes de la performance, qu’il s’agisse du burlesque, de l’action painting ou d’un concert de rock – quelque chose à l’oeuvre dans des performances antérieures, et qui se retrouve, l’accent plus grave, dans Not Waterproof. La délicatesse de Julie Andrée tient aussi à sa manière de refuser l’enfermement dans l’interprétation, à tous les sens du terme. Elle ne « joue » pas, et laisse ouvert l’imaginaire, comme si son corps, sans trauma ni leçon à donner, devenait élément de la scène, au même titre qu’un petit cerf de cotillon, qu’un squelette en plastique, ou une fleur de papier – non seulement c’est léger, parfois grinçant, souvent drôle, mais ça respire une efficacité ludique et reposante, bien mise en valeur par les lumières, la musique, qui se retrouve dans son discours gentiment narquois face à toute question prétentieuse (« l’é-va-cua-tion-de-la-ca-thar-sis? Ah, c’est bien un genre de question des journaliste française, là. »)


Anecdote! Lorsque Rouge a été présenté à Avignon deux critiques chagrins au fond de la salle ont jugé « scandâââââle! » que dans les éléments du jeu figure un godemiché. Au nom de la précision lexicale et des égards dus aux lecteurs comme lectrices, le service Edition de la Cultenews s’est dévoué pour rétablir la vérité: après examen, ce n’est pas exactement un godemiché. C’est un plug.

>>> Want more? C’est à 21 heures, relâche dimanche.

Partenariat hors classe! Les lecteurs empêchés ne sont pas oubliés: une toute petite vidéo est disponible sur la page Facebook de votre lettre préférée (et bientôt dans ce billet, si l’intégratrice veut bien valider son stage).
Julie Andrée T. a aussi fait l’objet d’un sujet dans Beaux-Arts de mai sous la plume de Sabrina Weldman (non disponible en ligne).

Mais au fait…

… « What color is this? » …

***

Prochaine édition complète & « des étoiles plein les voeux » vers le 17 mai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :